Ibai, à propos du Grand Jeu des Youtubeurs : « C’était dommage, désagréable et peu professionnel »

Sommaire

Le Grand Jeu des Youtubeurs a été un succès au niveau médiatique, mais, selon ce que tous les participants espagnols ont commenté, l’organisation et le traitement reçu à Paris ont été malheureux. Insultes, goulots d’étranglement et sentiment d’humiliation constante, c’est ce qu’ont vécu nos youtubeurs dans le pays voisin, chose qui n’est jamais agréable à supporter, encore moins dans un match-spectacle entre les créateurs de contenu qui vont pour s’amuser et pour le spectacle.

Beaucoup de créateurs espagnols sont sortis pour se plaindre du piège qui leur avait été tendu, et ils sont tous d’accord sur la même chose : « Ils ont été meilleurs, mais ils ont tout fait pour se moquer de nous ». Hier, Ibai a consacré son direct pour parler de la façon dont ils avaient vécu le Grand Jeu des Youtubeurs, et a expliqué une ou deux choses aux Français.

« Les Français sont très en colère contre nous »

« Il n’y a pas eu la moindre gratitude, que Willyrex soit venu à votre événement, qu’il soit le père de vous tous qui êtes là et nous ne savons même pas qui vous êtes »Ibaï a commenté. Et il a raison, personne en Espagne ne connaît les créateurs français, alors que banderoles d’ici, ils reçoivent des vagues d’insultes à chaque fois qu’ils téléchargent quoi que ce soit.

« C’était un sentiment de rabaissement, d’hésitation, de nous traiter comme les cons de la série », a commenté un Ibai visiblement bouleversé et en colère. comme on en voit rarement.

« Ils ont voulu nous jeter les bouteilles »

En fin de match, les bouteilles pleuvent sur le banc espagnol. « Ils voulaient vraiment le faire. Je ne sais pas si je serais prêt, mais dès qu’un est tombé, une quinzaine nous est tombé dessus », a déclaré Ibai, qui ne comprenait pas la situation surréaliste.

De plus, le casting espagnol a sauté sur le terrain de jeu avec une chanson de fond qui disait : « L’Espagne, La Roja, vive Shakira (qui, soit dit en passant, est colombienne), vive la corrida, olé olé ». Compte tenu de cela, Ibai a commenté: « S’ils viennent ici et qu’il me vient l’idée de faire une chanson qui soit : ‘Baguette, croissant, moustaches’, les Espagnols eux-mêmes m’annulent. »

Plus vous écoutez, moins vous pouvez croire. Il est incroyable que dans un jeu dont l’objectif principal est le divertissement, cela devienne la honte qu’il était. L’ensemble de l’événement a été une moquerie constante des Espagnols, qui ont été méprisés même par les arbitres du match, et le traitement reçu n’aurait pas pu être pire. Le retour se fera en Espagne, et bien que l’ambiance soit très chaleureuse, nous aurons sûrement plus de classe que des voisins neutres.