14
mai 2018

Shakira: de chanteuse-compositrice à bombe sexuelle

0 commentaire Posté par Anthony à 9:34

À quel moment Shakira est-elle passée de chanteuse-compositrice à bombe sexuelle de la pop?

L’évolution de l’artiste colombienne c’est aussi l’évolution de la majeure partie de son public et paradoxalement de son passage à l’âge adulte.
 



 
Dans son dernier single (un trap appellé, avec éloquence, Trap), Shakira roucoule des phrases autour du seul sujet de conversation que semble avoir Maluma, son compagnon dans la chanson: tirer un coup dans différents endroits. « Donne lui une preuve, mets-lui du Nutella » suggère-t’il dans une chanson qui, selon les confessions de Shakira, a souffert de « va-et-vient » parce-que le contenu était tellement érotique qu’elle avait honte de la chanter. On a peine à croire que l’auteure du vers « j’ai en moi un radar spécial pour localiser les hommes célibataires, et si je me mets dans le pétrin j’ai aussi le numéro des pompiers » puisse sentir une telle pudeur, et plus, quand dans sa dernière collaboration avec Maluma (Chantaje) elle-même arrivait à arrêter la chanson après une goujaterie de Maluma pour s’exclamer « quoi? ». Il se peut réellement que Shakira n’aie pas compris ce que Maluma venait de dire (j’ai craqué bébé), parce-que le Colombien prononce seulement 60% des consonnes, mais aussi cette parade dans la chanson représente ce que le public ressent à chaque fois qu’il écoute une nouvelle chanson de Shakira: …Quoi?.

Chaque single est reçu par ses auditeurs avec un cycle de deuil qui s’en suit:
Négation: « sacrée poubelle cette chanson ».
En colère: « quelle vidéo toujours plus dénigrante ».
Négociation: « le truc c’est que le refrain est accrocheur ».
Dépression: « la Shakira d’avant me manque ».
Acceptation: *toi au mariage de ta cousine qui chantes « menamoré mena-menamoré » et qui échoues dans ta tentative de bouger les hanches comme le fait une native de Barraquilla ».*

Intéressons-nous au point numéro 4. C’est quoi au juste la Shakira d’avant? Le public a assumé qu’il s’agit de la Shakira brune, qui a tracé une ligne sans faux pas dans l’évolution musicale de la chanteuse: le jour où elle s’est achetée un dictionnaire, et s’est réjouis que « par chance que mes seins soient petits et que tu ne les confondes pas avec des montagnes », elle s’est teinte en blonde et a envahit les États-Unis convertie en une espèce de Britney Spears qui venait de traverser la frontière avec ses pieds nus. Shakira est alors devenue une superstar qui se définit elle-même avec des adjectifs (folle, enragée, gitane, potelée, louve) et qui a assassiné la dénommée « Alanis Morissette hispanique » de ses propres mains, non plus couvertes de boue mais d’une manucure parfaite.

Quand tout ça est-il arrivé exactement? À quel moment l’auteure de « Hier j’ai vu passé une femme sous un chameau / Un fleuve de sel, un bateau abandonné dans le désert » est passé à «J’ai mon mon mec en tôle / Et je te veux coincé là ra-ta-ta »? Comment passe-t-on de « Je ne crois pas en Jean-Paul Sartre / Je ne crois pas en Brian Weiss » à un monsieur qui appelé El Cata qui te crie « Alors que lui t’achète des fleurs / Moi j’achète des préservatifs »? Et le plus important: pourquoi?

Shakira a passé, maintenant, plus de temps blonde que brune, de la sorte que cette perception collective, qui veut que la poétesse acoustique soit l’authentique Shakira et que la peroxydée festive « se soit vendue » pour séduire le public, est une illusion. En tout cas, l’usurpatrice serait la brune, qui a duré trois albums (Pies Descalzos, ¿Dónde Están Los Ladrones? et le couronnement officiel comme « véritable artiste » dans les années 90, un Unplugged pour MTV) entre 18 et 23 ans. Aujourd’hui, elle a 42 ans et quasi une moitié de vie en faisant ce que la culture populaire appelle « tapage ». Cette évolution, considérée comme régression par certains, n’est pas un fait inédit dans l’industrie de la pop: on y trouve Nelly Furtado, Katy Perry ou -cette ligne est là pour que tu aies le temps faire un signe de croix- Jewel comme exemple de chanteuses-compositrices qui ont laissé la guitare dans un coin pour mieux pouvoir s’accrocher à la barre. Ce qui distingue Shakira du reste des « vendues » c’est son statut bien installé et son habilité à le rentabiliser. Au long de l’année 2018, va avoir la majorité toute une génération d’adultes qui, comme ça s’est passé pour Nicolas Cage, ne savent même pas qu’une Shakira avec un prestige artistique a un jour existée.
 

 
Shakira a converti le folklore en produit et a fait de l’émigration une culbute. Sa danse spasmodique, une espèce de danse du ventre électrocutée déjà iconique, semble être en train d’invoquer un dieu: le dieu des tubes (aucun artiste latino, vivant ou mort, ne possède un répertoire de hits tellement immense). Son catalogue comprend la ranchera (Ciega Sordomuda), le tango (Objection Tango / Te Aviso, Te Anuncio), le vallenato (La Bicicleta), le merengue (Loca), le disco (She Wolf / Loba), la salsa (Chantaje), la bachata (Déjà Vu), le boléro (Moscas En La Casa) et maintenant le trap. Shakira est capable de te vendre des racines musicales de n’importe quelle culture (l’arabe Ojos Así, l’Africaine Waka-Waka, la cubaine Hips Don’t Lie) et de te faire croire qu’elle est née là-bas. Ça ne nous surprendrait même pas qu’elle s’arrache les chants tyroliens. Sa nationalité colombienne (originaire de Barranquilla, une ville que tu connais, surtout, grâce à elle) mais avec des origines métissées (mère italo-espagnole, père libanais né à New York) lui a permis de s’ériger comme la personnification musicale de cette expression que tellement de gens mettent sur les appli pour draguer: « citoyenne du monde ».

Son image, son son et sa célébrité son tellement globaux comme les compositeurs avec qui elle travaille: du cubain Pitbull à l’uruguayen Jorge Dexter et au new-yorkais Pharell Williams, du brésilien Carlinhos Brown au gitan japonais Rayito et au haïtien Wycleff Jean. Précisément sa collaboration avec ce dernier, fondateur des Fugees, a condamné et décrété la mort de la Shakira brune. Suite au succès mondial de Laundry Service, une adaptation de son style folklore-rock aux radios américaines mais qui restait fidèle à ses rimes extravagantes (« pour toi je suis restée comme Mona Lisa / Sans pleurs et sans sourire »), Shakira a lancé Fijación Oral avec le hit colossal La Tortura en duo avec Alejandro Sanz et son homonyme international, Oral Fixation, avec le morceau pop-rock Don’t Bother. Tu te souviens de Don’t Bother? Elle non plus. L’échec immédiat du single a mené la maison disque, avec une stratégie sans précédents, à rééditer l’album après seulement huit semaines en incluant une nouvelle chanson: la version de Dance Like This, composée par Wycleff Jean, que Claudette Ortiz avait enregistré pour la bande son de Dirty Dancing 2. Tu te souviens de Claudette Ortiz? Shakira non plus.

Le monstrueux succès de Hips Don’t Lie, le single le plus vendu de la planète au XXIème siècle, a révélé clairement ce que le monde veut de Shakira et a scellé son patrimoine musicale postérieur. Et elle l’a dansé avec tellement d’enthousiasme, elle l’a composé avec tellement de créativité (ça sera commercial, mais la meilleure chanson commerciale qu’il y ait) et elle l’a emballé avec des tours tellement somptueux que le monde entier l’a acheté. Encore, et encore. Les (neuf) personnes qui écoutent ses albums complets continuent de découvrir « la Shakira d’avant » en se faufilant à travers les mailles de la nouvelle comme les blacks possédés dans le film Get Out. Dans El Dorado la concession classique est Nada, dans Sale El Sol c’était Antes De Las Seis et dans Fijación Oral c’était No et La Pared. La Shakira brune n’est pas morte, mais sans aucun doute elle passe du bon temps.
 

 
Le public a, quant à lui, atteint un point de non retour avec She Wolf. Parce-que de She Wolf on en sort pas indemne. Ni elle ni nous, ne nous sommes remis de la voir enfermée dans une cage en train de hurler avec un maillot de bain couleur chaire, des talons aiguille (« magnétique, pour rendre la meute frénétique ») et des postures humainement impossibles. Discrète en passant, disait-elle, comme si elle aurait été discrète à un moment dans sa carrière. « Quand elle chantait en castillan elle avait une attitude beaucoup plus rock’n’roll » expliquaient les médias anglo-saxons, « J’étais intransigeante et très rigide. Il y avait des choses complètement inacceptables pour moi, comme porter un maillot ou montrer mes jambes. J’étais puriste ». Shakira a défendu She Wolf comme « un symbole de ces femmes de notre époque qui savent ce qu’elles veulent et qui défendent leur liberté individuelle avec leurs ongles et leurs dents, qui se rebellent contre les limites que la société et notre culture leur imposent.
 

 
The Guardian a défini la fascination que le marché anglo-saxon voue à Shakira: « sa sexualité est très présente et, cependant elle reste moins évidente que celle de Christina Aguilera ou Madonna. Elle se présente elle-même comme une maîtresse hyper-intelligente de la pop et à la fois comme une petite fille enthousiaste qui est en train de s’éclater. Une star qui donne tout lorsqu’elle est sur scène mais qui ne révèle rien d’elle-même ». Par rapport à sa mutation en bombe à retardement sexuelle, Shakira explique que ça c’est son expression artistique, pas sa personnalité. « Je suis très timide avec mon corps, je ne suis pas sexuellement agressive. Ce que je montre le plus c’est mon ventre et je couvre toujours ce que ma mère me dit de couvrir » affirme-t-elle, « je ne vais pas me coller une affiche qui dit « salut, je suis sexy » et une autre avec ça « et maintenant je suis sérieuse ». Je peux varier et faire des va-et-vient d’un côté ou de l’ autre selon ce que mes instincts me disent.

Shakira a survécu à des duos avec Béyoncé et Rihanna, elle a survécu à un programme (The Voice) où les producteurs se plaignaient car ils ne comprenaient pas un mot de ce qu’elle disait et elle a même survécu à sa propre prétention: quand elle a déménagé aux États-Unis elle assurait que ses influences lyriques étaient Bob Dylan, Leonard Cohen et Walt Whitman; quand elle a lancé Fijación Oral elle a expliqué qu’elle se voyait alors inspirée par Sigmund Freud et Carl Jung.

Shakira triomphe avec chaque chose qu’elle fait parce-que ses refrains sont la drogue de la pop, mais aussi parce-que c’est une artiste indispensable pour comprendre notre culture. Sa fondation Pies Descalzos, qui garantie l’éducation et le soutien alimentaire à 4000 enfants colombiens chaque année, lui a permis de se réunir avec des leaders tels que Barack Obama et Gordon Brown (« je ne pose pas en photo avec eux si ils ne s’engagent pas à faire quelque-chose », « c’est comme ça que cela marche, je sais ce que je fais même si je porte une jupe crayon » explique-t-elle), Gabriel García-Márquez lui a manifesté son admiration (« personne ne peut chanter et danser, avec une pareille sensualité innocente qui semble être de sa propre création », a décrit le gagnant du Prix Nobel) et elle n’a pas oublier son enfance à Barranquilla, ses représentations pour les mineurs et pour le collège (« ils ne m’ont pas laissé rentrer au collège parce-que mon vibrato ressemblait à celui d’une chèvre » elle se rappelle) et cet après-midi où son père, après avoir été ruiné et devoir tout vendre, l’a emmené dans un quartier où les gamins snifaient de la colle pour qu’elle comprenne que son malheur était relatif. À un moment de la civilisation où la culture pop, la politique, et la morale convergent jusqu’à être impossibles à différencier, Shakira est la figure qui accorde des interviews à Hola, au New Yorker, et au Wall Street Journal. En classe moyenne pour enfin qu’elle puisse voyager à n’importe quel coin de la planète grâce aux compagnies aériennes low cost, Shakira résonne dans toutes et chacune de ces nations.
 

 
Sur sa route, elle a lâché du lest et elle a moulu du café. Et ce qu’aujourd’hui Shakira comprend par catharsis intime (ou la libération affective) n’est plus « s’il est question de confesser, je ne me douche pas les dimanches », mais « quelle bouche plus ronde, j’aime cette barbe » mais elle continue de faire partie de nos vies. Parce-que Shakira a des chansons pour n’importe quel jour de la semaine, et pour accompagner n’importe quelle activité: un road trip, un cours de zumba, une rupture sentimentale et par-dessus toutes, le mariage de ta cousine. Et aussi parce-qu’il y a quelque-chose de reconnaissable dans son évolution: tous nous étions plus intenses, enclins aux rappels à l’ordre, et nous nous prenions plus au sérieux à 18 ans qu’à 30 ans. Et on est tous arrivés au point de s’étouffer entre les photos, les cahiers, parmi des choses, des souvenirs parce-que la seule chose qu’on demande à la vie, finalement, c’est que la bière soit fraîche et qu’on oublie de pas de voter pour Ana Guerra dans Operación Triunfo (télé réalité musicale espagnole).

Après des années d’obsession, d’épuisement et de perfectionnisme, Shakira reconnaît maintenant que la musique c’est seulement un divertissement. « Durant toute mon existence, j’ai mis sur pause tellement de choses dans ma vie personnelle pour continuer mes rêves, mes aspirations professionnelles, me convertir en une artiste à succès » explique-t-elle. « Mais -depuis qu’elle est mère de Milan, 5 ans, et Sasha, 2 ans- le studio est devenu le lieu pour décompresser, loin de ma vie quotidienne de mère. Et alors la musique s’est transformée en un plaisir, comme l’est n’importe quel passe-temps. Je n’aurais jamais cru que je dirais ça ». Il s’avère que la Shakira blonde est aussi la Shakira la plus joyeuse, la plus intégrale, et la plus détendue: tout semble indiquer que les seuls à qui manque la chanteuse-compositrice affligée c’est bien à nous.

L’article est apparu le 02 février 2018 dans la revue Vanity Fair Espagne. Vous trouverez ici la version originale.

Magazines Nouvel album

Poster un commentaire sur cet article

Shakira en Tournée

Tournée Européenne :
03 Juin – Concert à Hambourg
05 Juin – Concert à Cologne
07 Juin – Concert à Antwerp
09 Juin – Concert à Amsterdam
11 Juin – Concert à Londres
13 Juin – Concert à Paris

Plus d'informations sur le El Dorado World Tour ici.

Dernières Photos

29570385_10160581869250434_3022815673895092224_n.jpg
tim3.png
tim2.png
tim1.png
33384178_10214778833277726_7740840877798457344_n.jpg
DdvH2ggUwAMhrtx.jpg
Photos Paroles Style Goodies

Shakira-Online sur Facebook

Shakira sur Twitter

Facebook Twitter Tumblr

Sondage

Allez-vous assister à la tournée "El Dorado Tour" ?

Loading ... Loading ...

Projets de Shakira

Nouveau Single "Me Enamoré"
Disponible en France depuis le 07 Avril 2017.
Acheter.
Tournée "El Dorado Tour"
A partir du 8 Novembre 2017.
Plus d'infos.
Nouvel Album "El Dorado"
Disponible en France depuis le 26 Mai 2017.
Acheter.
Parfums de Shakira
La gamme de parfums de Shakira se diversifie! Plus d'informations.

Informations sur le site

Site: shakiraonline.fr
Ouverture: 22 avril 2008
Géré par: Thomas, Lola & Anthony
Montages (goodies): Ludy, Alix et Hannah
Design par: Thomas Pence
Contact: formulaire
En ligne: 35 fans

A propos de shakiraonline.fr

Shakiraonline.fr est le site officiel français sur Shakira créé en 2008. Après son officialisation en 2010, le site est devenu la référence des fans français notamment grâce à sa constante mise à jour et ses nombreux réseaux. Retrouvez sur shakiraonline.fr toutes les informations sur son nouvel album "Shakira." et sa nouvelle tournée!

Plus d'informationsHaut de pageDesign et conception du site réalisés par Thomas Pence

Catégories des articles


Nouvel Album
Réseaux Sociaux
Shakiraphotos.fr
shakiraonline.fr
Clips Vidéo